CULANT

D'argent semé de tourteaux de sable, au sautoir engrêlé de gueules.

 

Famille noble originaire de la Brie, qui a donné aux armées plusieurs officiers distingués, et nombre de chevaliers de Malte. Sa filiation remonte à la fin du XIVème siècle. On a cherché divers moyens de la rattacher aux Culant du Berry, mais ce ne sont que de pures hypothèses.

 

Branche de Saint-Cyr
Saint-Cyr-sur-Morin (Seine et Marne)

I) Guillaume de CULANT, huissier d'armes du Roi et du duc de Guyenne. Il vendit au roi, en 1382, des terrains situés près de la Bastille, à Paris. Il épousa Marguerite de Dicy, dame d'Atilly en Brie. Ils eurent sans doute pour enfants :

1) Claude, qui fut seigneur de Bernay. Il fit un aveu au château de Tournon, en Brie, le 22 octobre 1418.
2) Guillaume, qui suit.
3) Louis, qui fera la branche de Ciré, qui suit.

II) Guillaume de CULANT, seigneur d'Atilly. Il en fit aveu en 1440, d'après Lainé, commisaire examinateur au Châtelet de Paris. Suivant la généalogie de Moréri, il épousa Marguerite de Thumery, et en eut pour enfants :

1) Claude, seigneur de Saint-Ouin. Il forma la branche des seigneurs de Savins et de la Brosse, qui resta en Brie.
2) Eutrope, qui suit.

III) Eutrope de CULANT, écuyer, seigneur de Saint-Cyr en Brie. Suivant une enquête faite à Parthenay, le 2 août 1540, pour la famille Légier, il eut pour enfants, d'une alliance inconnue :

1) Charles, qui suit.
2) sans doute, Philippe, écuyer, seigneur de la Forest de Geay (Deux-Sèvres). Il fit un aveu de son fief, au château de Thouars, le 18 mars 1540. Il existait aussi un philippe de CULANT, seigneur de Saint-Cyr, qui fut enseigne de la compagnie de M. de Boissy, le 14 juin 1538, lorsqu'il donna quittance de ses gages. Son sceau était un "écartelé, aux 1 et 4 de CULANT, et aux 2 et 3 de ?, à la croix de vair ?, cantonnée de quatre lions". Il avait épousé Anne de La Fontaine, qui, étant veuve, rendit le même aveu le 14 juin 1553. Ils eurent au moins pour enfants :

A) Hélène, dame de la Forest, qui épousa Adrien des Fosses, seigneur d'Haraucourt (?), qui étant veuve donna ses biens à son neveu, Philippe de Fleury, qui fit aveu de la Forest, le 6 avril 1607.
B) peut-être une soeur, qui épousa un de Fleury, car se voit plus tard, le nom de Philippe de Fleury de CULANT, au XVIIème siècle.

IV) Charles de CULANT, écuyer, seigneur de Saint-Cyr en Brie. Il fut appelé Charles dans l'enquête de 1540, et Jacques dans un Mémoire de titres, pour la famille Légier, fait au XVIIème siècle. Cependant, dans cette pièce, les noms furent souvent erronés et confondus, par le copiste). Il épousa, le 7 mai 1514, Perrine Légier (qui se remaria vers 1530 avec Pierre des Oullières, écuyer, seigneur de Puychevrier), fille unique de Jean, écuyer, seigneur de la Sauvagère, et de Madeleine Claveurier. Ils eurent pour enfants, deux filles, (qui furent placées par leur oncle Jacques Légier, écuyer, seigneur du Poiron, dans la maison de Mme de Boisy) :

1) Hélène, qui épousa vers 1537, Jean de Marans, écuyer, seigneur des Ormes Saint-Martin, en Châtelleraudais.
2) N., qui fut seulement mentionnée en 1540.

 

Branche de Ciré :

 

II) Louis de CULANT, écuyer, seigneur de Fontenailles. Il était dit le troisième fils de Guillaume et de Marguerite de Dicy, mais il semble qu'il soit plutôt leur petit-fils. Il épousa en 1440, Henriette de Vaux, qui lui donna, paraît-il, pour enfant :

III) Jacques de CULANT, écuyer, seigneur de Fontenailles. Il vint se fixer en Saintonge, à la suite de son mariage contracté en 1495, avec Françoise Chaudrier, dame de Coulonges et de Soulignone. Elle était peut-être fille de Jean, écuyer, seigneur de Cirières, de Noireterre, et de Joachime de Beaumont. Il était décédé en 1517, date d'une sentence de mainlevée obtenue par sa veuve, comme tutrice de leurs enfants mineurs.
Ils eurent pour enfants :

1) Louis, écuyer, seigneur de Fontenailles. Il était décédé en 1531.
2) René, écuyer, seigneur de Coulonges. Il décéda sans alliance, après 1548.
3) Jacques, déclaré mineur en 1517.
4) Olivier, qui suit.
5) Madeleine, dame d'Atilly ?
6) Marguerite, déclarée mineure en 1517. Elle épousa en premières noces Pierre de La Touche, écuyer, seigneur de Ciré. Ce dernier décéda sans enfants en 1531, et légua sa terre de Ciré à sa femme. Marguerite épousa ensuite en secondes noces, André de Hay, écuyer, seigneur de Bournille, d'une famille écossaise.
7) Jeanne, qui épousa Guy de Thorigny, écuyer, seigneur de Boisnerbert.
8) N., fille.
9) d'après M. Filleau, Pierre, qui fut protonotaire du Saint-Siège.

IV) Olivier de Culant, seigneur de Coulonges, Ciré, fils de Jacques, écuyer, seigneur de Fontenailles, et de Françoise Chaudrier. Il est désigné comme héritier de Marguerite, sa soeur.

Il épousa le 27 Octobre 1547, et le I7 Novembre 1547, Marie (Françoise) de La Rochebeaucourt, fille de François de La Roche puis de La Rochebeaucourt (de 1546 à 1562), seigneur de Saint-Mesme, gouverneur et sénéchal d'Angoumois, sgr de Semoussac et Sémillac en Saintonge, capitaine de 100 hommes d'armes des ordonnances. François, épousa vers 1525 Bonaventure ou Anne de la Personne, dame de Varaize, fille de François de la Personne, seigneur de Varaize et de Marie de Beaumont, dame de Lauron. Il meurt le 12 Octobre 1562, il avait testé le 16 août 1562 (la famille La Personne habitait la Saintonge, Noble et puissant seigneur monseigneur Jean La Personne, vicomte d'Arsy ou d'Acy, devant J. des Ages à Angoulême en 1397 marié à Marguerite de Mortagne, vicomtesse d'Aulnay, veuve de Jean de Clermont-Néelle, Jean de La Personne, seigneur de Limalonges (Deux-Sèvres) à cause de Jeanne Armengonne sa femme en 1408, Guillaume de la Personne, héritier de Jean de Curzay en 1554). Gouverneur et lieutenant d’Angoumois, voit l’incendie du château lors de la révolte des Pitauds (1548). Ayant obtenu la libération des insurgés emprisonnés à Angoulême, il est accusé de faiblesse par le roi Henri II et incarcéré durant plusieurs mois (dix ans après les faits il sera réhabilité). Il se consacre alors uniquement à la gestion de son patrimoine, fait détruire l’un des deux châteaux de La Rochebeaucourt et embellir l’autre, acquiert le grand et le petit Parc, et diverses exploitations qu’il confie à des fermiers.

Ils eurent pour enfants :

1) Isaac de CULANT, qui suit.
2) Gabriel de CULANT, écuyer, qui fit la branche de Nieul.

Armes de la famille Poussard

3) Hélène de CULANT, Elle épousa le 12 septembre 1576, (Tricoire, p.137) Jean Poussard, écuyer, seigneur de Vandré (ou Landré) et de Genouillé en saintonge. Devenue veuve, elle se remaria avec Olivier du Bois, ou Dubois de Gaignac, seigneur de la Barbinaye en Bretagne.
4) Barbe de CULANT, mariée d'abord avec François Conte, écuyer, seigneur de Loiré, décédé en 1572, puis le Ier novembre 1573 avec Gabriel Cailhault, écuyer, seigneur de Montreuil sur mer, et de Peirotière (1574)
5) Léa de CULANT, elle épousa d'abord en première noce en 1581 Jean Gombault, seigneur de Champfleury, puis en seconde noces, François Herbert, écuyer, seigneur de la Grande-Forêt en Saintonge.
6) Jean de CULANT, seigneur de Ciré (1587) (Tricoire, p.137)

V) Isaac de Culant, écuyer, seigneur de Ciré, Grollet, Saint-Même. Il partagea avec ses frères et soeurs les biens de leurs père et mère, le 21 mars 1581. Le 22 décembre 1608, il vendit le château de Gondeville, qu 'il avait acquit en partie le 23 février 1607. Il épousa en première noce en 1581 (ou 1587), Prégente Bastard, dame de Livois, fille de Georges (ou François), écuyer, seigneur de la Bastardière, Livois, etc.. et de Françoise de La Boucherie. Puis il épousa en secondes noces le 15 mars 1609, Marguerite de Blois, fille de Geoffroy, seigneur de Roussillon et Saintonac, et de Gabrielle de Bourzolle, et soeur de Jacques, marié à la fille de son mari. Elle en était veuve en 1624, et se remaria avec Louis de Livenne.

Il eut du 1er lit :

1) Suzanne de CULANT, femme de Benjamin de Magné, écuyer, seigneur de Cigoigne et de Mandroux en Saintonge.
2) Jeanne de CULANT, mariée avec Jacques de Blois, écuyer, seigneur de Roussillon.

Puis du second lit :

3) Geoffroy de CULANT, qui suit.
4) Henri de CULANT, écuyer, seigneur de Landrais (17), qui de Françoise de Livenne, son épouse, eut :

a) Jacques de CULANT, écuyer, seigneur de Landrais. Il épousa avant 1688, Marie Grousseau (aliàs Grassay), qui étant veuve, fit inscrire le blason de son mari à La Rochelle en 1688. Il eut Marie, et Hélène-Henriette, baptisée le 20 Juillet 1673.
b) Catherine de CULANT, qui épousa, le 13 mars 1687, François Gaudin, écuyer, seigneur du Cluzeau. (Paroisse d'Aims, Les Touches-de-Périgny et Haimps, commune du canton de Matha, arrondissement de Saint-Jean-d'Angély) Tricoire, p.137, 138)
c) Marie-Anne de CULANT, (Alias Marianne, Tricoire, p.138) religieuse bénédictine à l'abbaye de Saintes en 1701
d) Marie de CULANT, qui épousa Isaac de Culant, seigneur d'Anqueville, son cousin-germain.
e) autre Marie de CULANT, qui épousa Jean Grousseaud, écuyer, sieur du Chapitre, paroisse des Touche-de Périgné en saintonge. Elle décéda en 1701.
f) Marguerite de CULANT, qui vivait en 1701

5) René (ou Isaac) de CULANT, tué à l'armée en Hollande.
6) Marguerite de CULANT, mariée avec Théodore de Lescure, écuyer, seigneur de Breuil-Bastard.

Armes de la famille Bonnefoy

7) Gabrielle de CULANT, épousa par contrat du 11 Juin 1632, François de Bonnefoy-de-Brétauville, écuyer, seigneur de la Vigerie et de Bretauville, fils de Habraham de Bonnefoy-de-Bretauville, Capitaine d'une compagnie de 100 Hommes de guerre à pied dans la ville de Pons en saintonge, et de Marie de Chevaleau.

A) Henri de Bonnefoy-de-Brétauville, marié Marie Marchand, de laquelle il n'eut q'une fille unique.
B) René de Bonnefoy-de-Brétauville.

VI) Geoffroy de Culant, baron de Ciré, seigneur de Saint-Même, le Grollet, la Barde, etc... Il fit un traité en 1635 avec un sieur Siette, ingénieur-géographe, par lequel ce dernier s'engage à dessécher une partie des marais noyés de la terre de Ciré, voisine de la mer. Il épousa par contrat passé devant Maître Charles DESROBERS, notaire royal à Saint-Même, le 10 Mars 1633, Jacquette MEHEE, dame d'Anqueville, fille de Gédéon MEHEE, écuyer, seigneur de l'Etang, Verger-Beau. Elle eut en dot, 60 000 livres. Geoffroy décéda en 1652. (Beauchet-Filleau) Son épouse devenue veuve, se remaria dès 1647, à Louis VOYNEAU, écuyer, seigneur du Plessis-Mauclerc (Jourdan) et décéda en 1663. (Tricoire, p.133)
Ils eurent pour enfants :

1) René de CULANT, qui suit.
2) autre René de CULANT, qui fera la branche du Verger-Beau.
3) Isaac de CULANT, qui fera la branche d'Anqueville.
4) Marguerite de CULANT, mariée avec N. Guyot, seigneur de Thorigny, puis épousa Florizel Rolland, chevalier, seigneur de Bellébat, dont elle était veuve le 22 Février 1694.
5) Madeleine de CULANT, épousa Charles Renouard, écuyer, seigneur de Servolle dont :

A Isaac de Renouard, écuyer, seigneur de la Madelaine. (Beauchet-Filleau, le fait à tors épousé sa mère)

VII) René de Culant, dit le marquis de Ciré, chevalier, baron de Ciré, Saint-Même, le Grollet, etc.. Baptisé au temple de Saint-Même, le 25 Mars 1635. (Tricoire, p.138) Le 2 Novembre 1655, (Tricoire, p.138, indique le 10 Décembre 1653) il épousa Madeleine Henry, fille de Jacques, baron de Cheusse, (commune de Sainte-Soulle, canton de la Jarrie, arrondissement de la Rochelle) dont il eut :

1) René de CULANT, qui suit.
2) Henri de CULANT, mort sans alliance, en 1670 (Tricoire, p.138)
3) Madeleine de CULANT, protestante, passa en Prusse et mourut en Hollande.

VIII) René de Culant, comte de Culant, chevalier, seigneur baron de Ciré, Saint-Même, le Grollet, etc.. Il avait épousé en 1679 (Tricoire, p.138, indique la date du 15 septembre 1673) Marie de Gombaud, dame de Champfleury et de la Trépontière, veuve de François de La Rochefoucauld, marquis de Roissac. Il mourut en 1715. Son épouse devenue veuve, décéda à Saint-Même, le 14 Décembre 1728 à l'âge de 73 ans. (Bruno VEILLON) Ils eurent René-Alexandre qui suit :

IX) René-Alexandre de Culant, marquis de Culant, baron de Ciré, Saint-Même, le Grollet, Champfleury, etc.. Il se maria à Saintes, le 31 Juillet 1710 avec Jeanne d'Aiguières, fille de Louis, écuyer, seigneur de Trignan en Provence, (Tricoire, p.138 , indique Frignan) et de Geneviève de Meaux, dame de l'isle en Poitou. Elle décéda à Saint-Même, le 12 Novembre 1743, à l'âge de 55 ans (Bruno VEILLON) Il mourut trois mois après sa femme, à Saint-Même, (Tricoire, p.138, indique que c'est en Allemagne) le 20 Janvier 1744, laissant :

1) René de CULANT, mort au berceau.
2) Marie-Geneviève de CULANT, marié le 28 Mars 1757 (Tricoire, p.138) à François-Louis Grenn de Saint-Marsault, marquis de Châtellaillon, chevalier de Saint-Louis, grand sénéchal d'Aunis. Elle décéda à Poitiers en Mai 1775 (Jourdan)

Armes de la famille d'Auray

3) Marie-Gabrielle de CULANT, épousa à Saint-Même, le 5 Février 1737, Joseph-Hector d'Auray, comte de Brie, fils de Armand d'Auray, comte de brie, marquis de Gevaudun (?), et de Louise-Elisabeth de Saint-Civier de Montault de Malartic, demeurant au Château d'Artignes en Agenais. (Tricoire, p.138) Son époux, décéda à Saint-Même, le 3 Janvier 1771, à l'âge de 60 ans. Devenue veuve, elle décéda à Saint-Même, le 24 Avril 1773, à l'âge de 57 ans.

A) Alexandre d'AURAY, marquis de Brie, seigneur de Saint-même et terres annexes, émigra en angleterre à la révolution, et y décéda accidentellement d'un coup de pied de cheval. Il avait épousé le 19 Juin 1775 (Tricoire, p.138) (Paul Lacroix, p. 169, indique le 10 Juillet) Anne Texier de la Pégerie, (La Pégerie, commune de Touzac, canton de Chateauneuf, Charente) fille de Pierre-Paul Texier, écuyer, sieur de Pégerie, baron de Chaux, juge sénéchal de Bouteville et de Barbezieux, et de Elisabeth-Jeanne BAUDET de Beaupré. Elle décéda sans enfant en 1832.(Tricoire, p.138)

4) René-Alexandre de CULANT, qui suit.
5) Louis Alexandre de CULANT, baptisé à Saint-Même, le 18 Août 1720, parrain Charles d'AIGUIERES, marraine Madelaine de RAMBOUILLET. Il décéda à Saint-Même, le 28 Décembre 1720, à l'âge de 4 mois. (Bruno VEILLON)
6) Marie-Thérèse de CULANT, baptisée à Saint-Même, le 23 Décembre 1721. Parrain : René Alexandre de Culant et Marraine : Marie Genevièvre de CULANT. (Bruno VEILLON) (Tricoire, p.138, indique le 25) Elle épousa, le 1er Décembre 1746 avec Auguste-Henri Baudouin de La Noue, écuyer, seigneur du Vieux-Fief. Elle décéda, le 1er Mars 1765 (Tricoire, p.138)
7) Charles Alexandre de CULANT, baptisée à Saint-Même, le 20 Juillet 1723, (Tricoire, p.138, indique le 21) décédé à Saint-Même, le 19 Mars 1724, à l'âge de 8 mois. (Bruno VEILLON)
8) Alexandre de CULANT, dit le chevalier de Culant, baptisé à Saint-Même, le 3 Avril 1725, parrain René de Culant, marraine Marie Genevièvre de CULANT. (Bruno VEILLON) (Tricoire, p.138, indique pour naissance le 3 Avril 1726, et baptisé le 7) Officier de marine, mort sans alliance, aux îles d'Amérique (Tricoire, p.139)

X) René-Alexandre de Culant, marquis de Culant, baron de Ciré, Champfleury, etc.. né à Ciré en Août 1717 (Tricoire, p.139) décédé le 2 Juin 1788 (Tricoire, p.139) Il devient successivement capitaine au régiment de Royal-Pologne, puis colonel de dragons. (Tricoire, p.139) Il était aussi artiste et littérateur, et à laissé quelques écrits sur la musique, des drames, des poésies, ect. Il épousa en premières noces le 14 Octobre 1744 Marie-Marguerite-Hélène Bady de Dourlers, fille d'Antoine-François Bady, chevalier, seigneur du Sart de Dourlers, et de Marguerite Rouillois de Castagne (Beauchet-Filleau) (alias ROUILLON de CASTAGNE, Tricoire, p.139), (alias ROUILLON de CASTAIGNE, Philippe Vallantin Dulac) dame d'Arbres et de Normont, qui décéda, le 11 Janvier 1747. (Tricoire, p.139, indique le 12) Il se remaria en secondes noces en 1777 avec Eugénie Gourgeau, (Beauchet-Filleau) (Tricoire, p.139, indique Gourgault) soeur du célèbre acteur Jean-baptiste-Henri, dont il n'eut pas d'enfants : Il eut de sa première alliance :

1) Louis-Martin de CULANT, né le 11 Novembre 1745, (Tricoire, p.139) mort en bas-âge peu après sa mère.
2) Charles-Alexandre de CULANT, qui suit.

XI) Charles-Alexandre de Culant, comte de Culant, né le 27 Novembre 1746 et baptisé le 28 novembre 1746, dans l'église N.D de la Rochelle. Il devient mousquetaire dans le seconde Compagnie, puis Capitaine de Cavalerie en 1771. Il épousa le 13 novembre 1768 (Beauchet-Filleau) (Tricoire, p.139, indique le 12 Décembre 1768) (Paul LACROIX, p. 168, indique la même date que Tricoire, et indique qu'il tire sa sources de la Chesnaye des bois, tome IV, p. 527) Elisabeth-Lucie Petit du Petitval, dame de Loiré, fille de Pierre-Alexandre-Gaspard, écuyer, seigneur du Petitval, et d'Angélique Jarry de Loiré, dont il n'eut pas d'enfants. Il décéda avant son père vers 1773. Son épouse décéda le 19 Juin 1781 (Tricoire, p.140)

 

Branche du Verger-Beau :
(Paroisse de Saint-Porchaire, rattaché aujourd'hui à Bréssuire, Deux-Sèvres)

Historique du château de Verger-Beau (Bréssuire)

Le petit Château de Verger Beau se cache dans un merveilleux jardin organisé autour de pièces d'eau. Il s'articule autour d'une cour centrale orienté à l'Ouest dont le logis occupe le coté sud. C'est un bâtiments rectangulaire, à un étage débordant en forme de galerie en colombage reposant sur des piles de bois. Il vient buter sur une tour ronde massive accolée d'une tourelle en encorbellement. La galerie est plus recente que la tour, mais elle prend appui sur un mur en encorbellement plus ancien. La tour renferme l'escalier qui dessert le premier étage et deux salles où l'on accède par l'escalier contenu dans la tourelle en encorbellement. La porte de la tour qui s'ouvre sur la galerie est ornée d'une double moulure se terminant en accolade.

Son histoire est relativement bien connue. Les premiers seigneurs dont le nom nous est parvenu appartient à la famille BEAU, dont il tirait son nom. François BEAU, seigneur du Verger-Beau, employé dans l'arrière ban, convoqué le 21 septembre 1467, et mis au rang des hommes d'armes du poitou, avait épousé Marie d'APPEVOISIN. Ils ont eu trois fille, dont Renée BEAU, dame de Verger-Beau, qui apporte à son mari Pierre MEHEE, fils de Louis, écuyer, seigneur des Fontaines et des Barreaux (partage du 10 juillet 1504) la terre du Verger-Beau.

Six générations successives des aînés des MEHEE, sont seigneur du Verger-Beau. Le dernier, René MEHEE, Ier du nom, chevalier, seigneur de l'Etang, d'Anqueville (Saint-Même les Carrières), et du Vergerbeau, épousa par contrat passé devant Maitre BOUTILLER, notaire à Angoulême, le 28 Janvier 1652, Claude CHASTEIGNER. Il décéda en 1658. Suite à un long procès, le 12 Septembre 1665, la seigneurie du Verger-Beau, estimé 39. 475 livres, fut dévolu à Dame Claude CHASTEIGNER, comme tutrice de ses enfants mineurs. Après cette sentance arbitrale, les enfants de Geoffroy de Culant et de Jacquette MEHEE, défunts, exigèrent le payement de la dot de leur mère. (60. 000 livres) Claude CHASTEIGNER, lasse de procès, abandonna les biens de ses mineurs (Anqueville et le Verger-Beau) le 21 Mai 1666.

Il passa dans la main de René de CULANT, écuyer, seigneur de Saint-Même, fils de Geoffroy de CULANT, et de Jacquette MEHEE. Le Verger-Beau, est resté jusqu'a la fin du XVIIIe siècle, dans le patrimoine de la famille de CULANT.

Par sentence de la sénéchaussé de Niort en date du 29 Juillet 1779, il à été adjugé à Pierre GOURDON DE L'ARCHENAULT. Ses enfants l'ont vendu le 23 Messidor An X à l'ancêtre du propriétaire actuel. (Charles MERLE : Châteaux Manoirs et Logis, "les Deux-Sèvres", p. 56)

 

VII) René de Culant, écuyer, seigneur de Saint-Même et du Verger-Beau (Saint-Porchaire, Deux-Sèvres). Il fut maintenu dans sa noblesse en 1667 par M. Barentin. Il avait épousé le 21 février 1663 Suzanne Aymer, fille de René, écuyer, seigneur du Corniou, et de Julie d'Angliers de Joubert, d'où :

VIII) Geoffroy de Culant, écuyer, seigneur de Saint-Même et du Verger-Beau. Il se fit catholique à sa rentrée en france en 1713. Il épousa Marie-Anne de Bonchamps, fille de René, écuyer, seigneur de Maurepart, et de Catherine de Meulles. Ils eurent :

1) René-Alexandre de CULANT, qui suit.
2) Marie de CULANT, qui épousa Jean de Mane, écuyer, seigneur du Gazon.

IX) René-Alexandre de Culant, marquis de Culant, chevalier, seigneur du Verger-Beau, châtelain de Marsais. Il se maria le 19 Juin 1750 avec Louise-Paule des Villiers de Chantemerle, dame de Marsais en Aunis. Il décéda à Marsay en aunis, le 12 Octobre 1764 (Tricoire, p.134) (ou avant 1757) Ils eurent pour enfants :

1) Louise-Elisabeth-Renée de CULANT, qui naquit vers 1752. Elle se maria le 8 février 1767 avec Louis-Henri-Pierre Chalmot, écuyer, seigneur de Sainte-Rhue. Elle mourut le 10 novembre 1780.
2) Alexandre-Charles-René de CULANT, né le 23 février 1753.
3) Charles-André-Louis-Alexandre de CULANT, qui suit.
4) Louis-Alexandre-Henri-Benjamin de CULANT, né le 5 juin 1756, décédé le 14 juin 1758.
5) Marie-Louise-Radegonde de CULANT, née le 20 octobre 1759, mariée les 9 et 16 avril 1776 avec Alexis-René-Angélique Marsault, chevalier, seigneur de Parsay.

X) Charles-André-Louis-Alexandre de CULANT, marquis de Culant, né à Niort, le 28 Février 1755, baptisé le 2 mars 1755.
Volontaire au régiment royale Piémont. Rang de Sous-Lieutenant sans appointement, le 12 Novembre 1770. Sous-Lieutenant le 1er Juin 1772. Lieutenant en second , le 23 novembre 1785. lieutenant à la formation du 1er Juin 1788.

Notes : 1772, Appliqué à son métier, a de la Fortune. 1773, fait pour réussir. 1774, propre à une compagnie. 1778, homme de bonne maison, plein de zèle et de volonté. Abandonne, Chevalier de Saint-Louis.

Il assista par procureur à l'assemblée de la noblesse du Poitou en 1789.

Il émigra en 1791, campagne de 1792, armée des princes, agrégé aux gardes du corps de Monsieur, compagnie d'Avaray. Domicilé à Xantes. Incrist au 1er suppléments de la liste des émigrés. Campagnes de 1793 et 1794 dans le régiment des hussards de Damas au service de la Hollande. Joint dans l'armée de Condé en 1795. Il a servi sans interruption dans la Cavalerie noble. Il était en 1801 Maréchal des Logis dans le régiment d'Angoulême-Cavalerie. Il obtint au licenciement une pension du gourvernement anglais. Il fait promesse de fidélité devant le commissaire délégué à Mayence le 1er jour complémentaire An X. Amnistié, le 7 prairial an XI. Colonel par brevet, rang du 23 Novembre1813 sur proposition de la commission des officiers. Pension de retraite du grade de 2.400 F, le 25 Février 1816. En 1827, la liquidation de l'indémnité faisait ressortir un passif de 127.478, 82 F. (A.G : YB 556, 580, pensions - A. N : O3 2642, F7 5880, Revue de Saintonge XI) (Pinasseau, p. 83, 84)

 

Branche d'Anqueville :

VII) Isaac de Culant, chevalier, seigneur d'Anqueville (Saint-Même). Revenu lui aussi à la religion catholique. Il figure dans un arrêt de 17 Août 1701 et décéda peu après. Il épousa en 1662, Marie de Culant, fille d'Henri, seigneur de Landrais (son oncle), et de Françoise de Livenne. Ils eurent :

1) Elisabeth de CULANT, baptisée au temple de Saint-Même, le 19 Avril 1670 (Registre protestant de Saint-Même)
2) Henri de CULANT, né le 18 Octobre et Baptisé au temple de Saint-Même, le 4 Novembre 1670 (Registre protestant de Saint-Même)
3) Gabriel de CULANT, qui suit.
4) Françoise de CULANT, aliàs Marie, qui épousa le 4 Juillet 1689 (Tricoire, p.134, indique le 5) Jacques de Manes, chevalier, seigneur du Gazon.
5) Geneviève de CULANT, épousa à Saint-Même, le 9 Janvier 1702, Alexandre de Chevreuil, écuyer, seigneur de Romefort, originaire de Mons. (Bruno VEILLON) (Mons, canton de Matha, arrondissement de Saint-Jean-d'Angély)
6) Françoise-Marie de CULANT, épouse de Pierre de Gobert, écuyer, seigneur de Mosnac, (ou Monac, paroisse d'Agris) (Dubournais jeune, notaire royal à Agris, A .D 16)
7) Charles de CULANT

VIII) Gabriel de Culant, écuyer, seigneur d'Anqueville. Conseiller du roi. Il se maria le 27 Janvier 1699 (probablement le contrat !) (Tricoire, p.135, indique à Cognac, le 3 Février) avec Elisabeth Hillairet, fille de Raymond, sieur de la Pomerade et d'Elisabeth Mestayer. Ils eurent pour enfants :

1) Gabriel de CULANT, baptisé à Saint-Léger le 6 janvier 1702, mort jeune.
2) Marie-Elisabeth-Scholastique de CULANT, épousa à Saint-Même, le 3 Novembre 1722, (Bruno VEILLON) Joseph de Marin, écuyer, seigneur de Saint-Palais, de Chapitre, et autres lieux. Dont :

A Hippolithe de MARIN, épousa à Saint-Même, le 14 Janvier 1761 Charles de COUVIDOU, écuyer, fils de Louis de COUVIDOU et de Marie TEXIER

3) François-Louis de CULANT, qui suit.

IX) François-Louis de Culant, comte de Culant, chevalier, seigneur d'Anqueville. Baptisé dans l'église Saint-Léger de Cognac, le 27 Avril 1703. (Paul de Lacroix, p.172, indique le mois d'Août) Il épousa en 1724, Louise-Charlotte de Be(s)nard, fille de Charles, intendant de la marine à la Martinique, et de Claire Portier. Elle décéda à Saint-Même, le 3 Février 1758, à l'âge de 50 ans. (Bruno VEILLON) (Tricoire, indique le 1er Février, Tabuteau, notaire à Angeac-Charente) Devenu veuf, il décéda à Saint-Même, le 21 Avril 1767, à l'âge de 64 ans. (Bruno VEILLON) Ils eurent pour enfants :

Armes de la famille
de Sainte-Hermine

1) Claire-Jacquette de CULANT, baptisée à Saint-Même (Charente) le 6 Août 1732. Parrain Jacques de CULANT, chevalier. Marraine Charlotte PONTIE. (Bruno VEILLON) Elle épousa à Saint-Même, le 9 Février 1762, René de SAINTE-HERMINE, chevalier, seigneur de la Barrière, chevalier de Saint-Louis, capitaine au régiment de Rouergue.
2) Louis-Alexandre de CULANT, qui suit.
3 Jean François de CULANT, baptisé à Saint-Même, le 6 Décembre 1736. Parrain Green de SAINT MARSAULT, marraine Jeanne d'AIGUIERES, marquise. (Bruno VEILLON) (Paul Lacroix, p.172, indique probablement par erreur le mois de Septembre)

X) Louis-Alexandre de Culant, comte de Culant, seigneur d'Anqueville. Baptisé à Saint-Même le 27 Juillet 1733. Parrain René Alexandre de CULANT, marraine Jeanne d'AIGUIERES. (Bruno VEILLON) Selon Tricoire, il a été ondoyé, puis il reçu les cérémonie du baptème le 17 Novembre 1734. Il décéda à son château d'Anqueville le 15 septembre 1799, sans alliance. Il épousa Marie-Jeanne-Monique POITEVIN de L'EPINIERE, qui décéda sans postérité, à Saint-Même le 30 Avril 1824.


NOM ISOLES


Geneviève-Elisabeth de CULANT-CIRE, née à Saint-même, le 19 Avril 1672. Elle entra à l'école de Saint-Cyr, le 10 Juin 1686, d'où elle fut renvoyée pour un mal à l'oeil.

 


Les de Culant ont été possesseurs de terres dans la paroisse de Saint-Palais du Né. Ces terres dépendaient de la seigneurie d'Anqueville (1666-1824).

 

SOURCES :
- Beauchet et Filleau : Dictionnaires des familles de l'ancien Poitou.
- Etienne Barth : Le canton de Barbezieux au temps passé.

- Abbé Gabriel Tricoire : le Château d'Ardenne - p. 136 à 140.

- P. Arcère : Histoire de la Rochelle et du Pays d'aunis. La rochelle 1756, in-4, T1, 581-4, note VIII : Maison de Culant. BNF, cote N° LK7 3462
- La Chesnaye des Bois : Dictionnaire de la noblesse.
- Mémoire Généalogique, pour le marquis de Culant contre la Chesnaye des Bois, BNF, plaquette imprimée (communication de M. Deculan, notaire honoraire au mans.)
- Jourdan, notes manuscrites à la bibliothèque de la Rochelle.
- Registres de l'état civil de Saint-Même.
- (pour la branche de Landrais) Bulletin de la société des archives de la Saintonge et de l'Aunis.
- Extrait des minutes de M. Ulysse Neau, notaire à Beauvais-sur-Matha, par le docteur A. Savatier.

- Gérard BACHELIER : Armorial de la Charente, Généalogie Bonnefoy.
- Registre Paroissial de Saint-Même les Carrières (Charente)
- Renseignement et communication de Monsieur Bruno VEILLON.
- Charles MERLE : Châteaux Manoirs et Logis, "les Deux-Sèvres" - Association Promotion Patrimoine, p. 56

- Paul Lacroix : « Chroniques de l’Angoumois Occidental » réimpréssion de l’édition Dumoulin Paris (1876) au Editions culture et civilisation Bruxelles (1979) Bibliothèque Municipale de Jarnac, cote N° FR 944.65 LAC.
- Callandreau : l'Ordre de la noblesse de l'Angoumois - Tome 1, p. 328, 329.
- Abbé Pierre Bureau : Liste des membres de la noblesse d'Angoumois. p. 267, N° 119
- Jean PINASSEAU : l'Emigration militaire - Emigrès de Saintonge, Angoumois et Aunis dans le corps de troupe de l'émigration Française 1791 / 1814, Paris Picard (1974) p. 83, 84.
- Archives Départementales des Yvelines : Les demoisselles de Saint-Cyr, maison royale d'éducation 1686-1793 Somogy Editions d'art (1999)

Sources à Consulter : (Attention, le colonel Arnaud, à mélangé, deux familles de Culant. On a cherché divers moyens de la rattacher aux Culant du Berry, mais ce ne sont que de pures hypothèses !!!)


- Bertrand de CHARNACE : notes sur la maison de Girard de CHARNACE - Paris 1958, in-8, XVI 216, BNF COTE N° 8 LM3 4806.
- Mss FR 32665.
- G. TAUMAS DE LA THAUMASSIERE : Histoire du Berry... Paris et Bourges (1689) In-Fol, BNF cote N° Fol- LK2 287.
- L. MORENI : Le grand Dictionnaire historique 20e Ed. Paris 1759, 10 vol., in-Fol, BNF cote N° G 1116-1125.
- Abbé EXPILLY : Dictionnaire Géographique, Historique et Politique des Gaules et de la France, Paris 1762-1770, 6 vol., in-fol, BNF cote N° L 16.5
- L. CHASOT DE NANTIGNY : Tablettes historiques, généalogiques et Cronologique, in-12, Paris 1752, tome 5, BNF, cote N° 8 LM1-22.
- WAROQUIER DE COMBLES : Tableau généalogique et historique de la noblesse. Paris 1786-1789, 9 vol, in-12, BNF, cote N° 8 LM1 38.
- Félix PALLET : Nouvelle histoire du Berry. Bourges (1784) 5 Vol., in-12, BNF, cote N° 8 LK2 289.
- Eugène et Emile HAAG : la France Protestante.
- Revue de Saintonge et d'aunis, Saintes, 1876-1955, 49 vol. In-8, Année 1891, BNF cote N° 8 LC19 119.
- G. A RETHORE : Histoire de Saint-Cyr-sur Morin. Paris 1896, in-8, BNF, cote N° 8 LK7 32729.
- Revue Historique de l'Ouest. Nantes, 1885-1901, 17 vol., In-8, Année 1901, BNF, cote N° 8 LC18-379.
- Robert GIREAUD : Ciré d'Aunis à travers les siècles (Ciré 1973)
- Baron Henry de WOELMONT DE BRUMAGNE : Notices Généalogique Paris 1923-1935, in-8, 8 vol. BNF, cote N° 8 LM1 197.
- Revue Archéologique Historique et Scientifique du Berry (1931) BNF cote N° 8 LC19 159
- Vicomte Gaston de Jourda de Vaux : Le Nobiliaire de Vellay. Lyon 1924-1933, 7 Vol., in-4, BNF, cote N° 4 LM2 492.
- J.H WILLENS et H. LAMANT : Armorial Français.
- Saffroy N° 39711-13



Dernière mise à jour, le mercredi 6 octobre, 2004

| Retour Armorial |